Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 20:24
Il y a une diversité grandissante de signaux d’alarme depuis des mois au sujet des marchés financiers et de l’économie.  Envoici quelques uns.

Partager cet article
Repost0
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 10:41
Capturer.JPG

Emission du 8/02/2010 Présentée par Romain DION :

André Malpel, président fondateur du salon de l'analyse technique, anticipe l'évolution du CAC 40, de l'euro et de l'or.

Lien vers la vidéo

Partager cet article
Repost0
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 00:49
EMMANUEL THIBAULT EST PROFESSEUR À L'UNIVERSITÉ DE PERPIGNAN ET CHERCHEUR À L'ECOLE D'ÉCONOMIE DE TOULOUSE (TOULOUSE SCHOOL OF ECONOMICS).

C'est en 1850 que le député Martin Nadaud, ancien ouvrier maçon, lance son célèbre  «  Quand le bâtiment va, tout va ». En 2008, au plus fort de la crise, le marché de l'immobilier français, contrairement aux marchés financiers, a remarquablement bien résisté : baisse de 3,4 % des prix pour les appartements et de 4,9 % pour les maisons. En 2009, ces prix enregistrent même des variations relativement modérées - hausse de 1,32 % du prix des appartements et baisse de 2,46 % pour les maisons -qui incitent à penser que leurs hausses devraient se poursuivre dans les mois à venir. Puisque le bâtiment va, tout va ?


Malheureusement non, puisque le dernier rapport de la Fondation Abbé Pierre révèle que dans notre pays 10 millions de personnes sont touchées par une crise du logement. Ce rapport analyse comment « l'enfant devient une victime collatérale du mal-logement, comment la situation difficile de nombreuses familles impacte lourdement le quotidien et l'avenir des plus petits en provoquant des souffrances sociales (difficultés scolaires, difficultés d'insertion…) ou des pathologies médicales parfois irréver-sibles (saturnisme, problèmes de développement…) ». Alors que faire ?

Suite de l'article (lesechos.fr)

Partager cet article
Repost0
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 22:22

Pour y répondre, il suffit, une fois de plus, de se tourner vers l'Histoire. Mais avant qu'entend-on exactement par faillite ?
La faillite est définie comme la situation de cessation de paiement des créances pouvant mener à la liquidation des biens.


Parlant de faillite des états tout le monde a immédiatement en tête la triste affaire des emprunts russes qui a ruiné des milliers d'épargnants français (près du tiers de l'épargne française ou 15 milliards de francs or de 1887 à 1913, sachant que le ratio entre le franc or et le franc 2001 est d'environ de 4000 je vous laisse actualiser cette somme) et dont les seules à en avoir profité sont les banques qui les ont placés (selon wikipedia ''Le Crédit Lyonnais, réalise 30% de ses profits avant 1914 grâce aux emprunts russes''). Le recul par rapport à ces évènements conduit souvent à des réflexions fatalistes oui mais c'était à cause de la révolution russe ou empreintes de commisération de toutes façons c'est bien fait pour les rentiers. Car effectivement une personne qui a réussi à se constituer une épargne grâce aux fruits de son travail et qui de surcroît cherche à assurer le maintien du pouvoir d'achat de celle-ci est par nature suspecte dans la mentalité hexagonale ... surtout s'il s'agit de celle des autres.


Mais dans l'histoire récente nous avons connu aussi plusieurs faillites d'état. Selon Standard & Poors depuis les années 70, environ 90 pays auraient fait défaut sur leurs dettes. Le Pérou détient un record sur cette période avec des défauts sur sa dette en 1976, 1978, 1980, 1983 et 1997. L'Argentine a fait défaut sur la sienne en 2001 conduisant à des scènes de panique dignes des meilleurs films américains sur la Grande Dépression. Plus proche de nous la défaillance de Dubaï en 2009 nous rappelle que ceci reste d'actualité. Quant au Mexique et la Russie, qui firent défaut respectivement en 1982 en 1998, ils détiennent un autre record celui de l'impact de leur défaillance sur la sphère financière mondiale.


La France elle même n'a pas échappé à cette malédiction. Reprenez vos livres d'Histoire et relisez les passages concernant la période du Directoire. Croulant sous les dettes héritées de l'administration royale et de la Révolution, le ministre des finances du Directoire, Dominique-Vincent RAMEL, faisait passer une loi de finances effaçant les deux tiers de la dette de l'État.

Ces deux tiers sont alors remboursés à leur valeur nominale en bons admis pour le paiement des impôts ou des biens nationaux. En remboursant le capital en monnaie de singe le Directoire permettait ainsi d'alléger le budget national du paiement des intérêts sur les deux tiers de la dette. Cette opération est restée longtemps présente dans les esprits français sous le nom de ''banqueroute des deux tiers''.

Lorsque j'évoque ces épisodes historiques avec certains il m'est souvent rétorqué que ceci ne peut pas arriver aux États-Unis car ''ils ont le dollar et la planche à les fabriquer''. En fait qu'est-ce qui pourraient conduire à la cessation de paiement d'un état comme les États-Unis ?

Suite de l'article (pro-at.com)

Partager cet article
Repost0
14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 22:43
Partager cet article
Repost0
14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 17:04

http://www.radiobfm.com/images/article/39iYSsrTDrDW4gBhcrhVnteka3FBfW74Thumbnail.jpg

L’auteur de « La Grande Evasion, le vrai scandale des paradis fiscaux », journaliste à La Tribune, révèle notamment que les gros clients de ces « territoires secrets » ne sont pas les particuliers mais les entreprises.

Fabrice Lundy : Vous êtes l'auteur d'une enquête qui nous mène au Liechtenstein, à Monaco, en Suisse... Le problème des paradis fiscaux n'est toujours pas réglé depuis votre dernière participation à l'émission en direct du G20 de Londres ? Certains pays ont fait semblant de s'amender ? Que s'est-il passé depuis huit ou neuf mois ?

Xavier Harel : Deux choses, la première c'est que pour l'instant on n'a gratté que la surface du problème, on s'est attaqué qu'au secret bancaire, or, ce que l'on a demandé aux pays pratiquant le secret bancaire, c'est de signer des conventions d'échanges de conventions, une douzaine de conventions par paradis fiscal, ce qui leur permet de sortir de cette fameuse liste grise de l'OCDE, cette liste infamante.
Or, un grand nombre de pays ont signé ces douze conventions mais certains ont signé des conventions entre eux, entre paradis fiscaux, ce qui ne fait vraiment pas avancer les choses. La deuxième chose, c'est que jusqu'ici, aucun paradis fiscal n'a ratifié ces conventions, ces conventions ne sont toujours pas passées devant le Parlement et donc elles ne sont toujours pas applicables.
C'est le cas de la Suisse qui a menacé de ne pas les ratifier si la France ne lui restituait pas le fameux listing HSBC. Au mieux, on peut imaginer que cette convention sera ratifiée au début de l'année prochaine.

Suite de l'article (radiobfm.com)

Partager cet article
Repost0
14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 16:34

Le PDG de Nexity commente les résultats de son groupe en 2009 et évoque les préoccupations des Français en matière de logement.



Stéphane Soumier : Vous avez publié votre chiffre d’affaires hier. Peut-on dire que l’ensemble du marché et la promotion et de l’immobilier neuf sonnent un peu comme une divine surprise ?
Alain Dinin :
divine surprise il ne faut pas exagérer, mais il y a eu un phénomène d’accélération sur le dernier trimestre. C'est-à-dire que nos clients qui entendaient dire par les députés qu’ils allaient modifier la fameuse loi Scellier sur l’investissement locatif, se sont dits qu’il fallait aller vite et signer tout de suite avant le 31 décembre au cas où il y aurait des changements. Donc on a eu effectivement un effet accélérateur sur le dernier trimestre.
Ceci étant, en début d’année on pensait faire -10 de chiffre d’affaires, en septembre on avait annoncé l’équilibre, on fait +6 donc c’est une bonne nouvelle, mais ce n’est pas une surprise.

Suite de l'article (radiobfm.com)
Partager cet article
Repost0
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 23:14
Partager cet article
Repost0
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 19:13
Discours de François Asselineau du 13 février 2010 sur la situation mondiale, européenne et française. 
 
Partager cet article
Repost0
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 10:51

Pour voir la suite (agtelevisions.com)


Voir aussi "La crise de 1929 et la crise actuelle"

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Blog de Marc Candelier
  • : Comprendre pourquoi les prix du marché immobilier peuvent monter mais aussi descendre !
  • Contact

IMMOBILIER ET L'ECONOMIE

Bonjour et merci de votre visite,
 

Savez-vous qu’en 1958 un logement valait en moyenne 70 loyers et que 40 ans plus tard, en 1998, il fallait dépenser en moyenne 133 loyers pour devenir propriétaire ? Savez-vous qu’en 2008, au plus haut de la bulle, un logement coutait en moyenne 262 loyers et que les prix étaient surestimés de 80% ? 

 

L'objectif de ce blog est de vous permettre de suivre l’actualité du marché immobilier et de vous aider à comprendre pourquoi les prix peuvent monter mais aussi descendre. Vous pourrez ainsi acheter, vendre ou louer votre logement en sachant exactement où vous mettez les pieds.

 

N'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter, cela vous permettra d’être informé d'une nouvelle publication. Vous pouvez également réagir à un article en cliquant sur "Ajouter un commentaire" en bas à droite de chaque article.


La plupart des graphiques sont disponibles en version PDF par un simple clic sur l'image. Vous aurez ainsi des documents imprimables de très bonne qualité.

Si de votre côté vous avez un article intéressant à me proposer, n'hésitez pas à me contacter à l'adresse suivante:
bulle.immo160@free.fr

 


Nombre de visites (30/07/2021)

5 029 588

Recherche

Map">

Geolocalisation